Une assurance adaptée
à chaque professionnel

Le cabinet avec assurance est spécialisé en assurances de personnes,
avec une démarche, une méthode adaptée aux spécificités des secteurs suivants :

Actualités

<
12.08.2014
RC PRO

Paris, le 04 novembre 2016

Nous vous l’annoncions il y a quelques mois, la modification de la Loi, plus précisément du Code de la Santé Publique, en janvier 2016, retirait le mot massage des textes officiels. Les actions menées par Ber-trand Michaut, Président de la FFMTR, et moi-même auprès du Directeur-adjoint du cabinet du Président de la République, du Ministère du Travail et du Ministère de la Santé en tant qu’acteur de la profession ont contribué à cette modification des textes.

Une réponse est parue au Journal Officiel du 1/11/2016 ; page 9066 dont voici le texte :
« L’article 123 de la loi de modernisation de notre système de santé du 26 janvier 2016 a précisé la défini-tion de la profession de masseur-kinésithérapeute et a également défini l’exercice illégal de cette profes-sion. Ces nouvelles précisions, concertées avec les professionnels, ont également eu pour effet de suppri-mer la notion de « massage » de la définition de la profession de masseur-kinésithérapeute.

Cette évolution législative conforte et recentre le masseur-kinésithérapeute dans son rôle essentiel de professionnel de san-té de la rééducation. Dans ce sens, et après une nécessaire évolution de la mention inscrite dans le décret d’actes, la compétence exclusive du masseur-kinésithérapeute en matière de massage de rééducation théra-peutique pourra être réglementairement affirmée. Le massage non thérapeutique dont l’objectif premier est d’apporter un bien-être à la personne, pourra être réalisé au regard de la nouvelle rédaction législative du Code de la Santé Publique, par un professionnel qui ne dispose pas du titre de masseur-kinésithérapeute. Ces éclaircissements réglementaires adoptés, il appartiendra à la commission nationale de la certification professionnelle compétente de se prononcer sur l’inscription du titre « praticien en technique corporelle de bien-être » au regard des formations dispensées. »


Comme vous pouvez le constater, les kinésithérapeutes n’ont plus légalement la possibilité de nous attaquer sur l’utilisation du mot massage à des fins de bien-être, relaxation, etc.
C’est un grand pas pour notre profession, et nous sommes fiers après tant d’années de lutte et de démarches de voir l’aboutissement de notre combat.bv